Adolescence et péripéties financières

Il y a quelques mois j’ai écrit un article qui parlait, entre autres, des différences flagrantes entre ma fille et mon fils, les deux adolescents que j’aime profondément et qui partagent ma vie. A bien des égards mon fils est plus mature, même s’il est 3 ans plus jeune. Par contre sur d’autres points, et je le remarque de plus en plus, ma fille prend également en maturité. J’ai écris cet article sur l’adolescence et une leçon de vie financière dans un moment de désarroi. Ce n’est vraiment pas facile d’être parent et malheureusement les enfants ne sont pas livrés avec un manuel d’utilisation! En le relisant j’ai réalisé qu’il était certainement un peu dur venant d’une mère. Il n’en reste pas moins qu’il est très réaliste et dépeint correctement ce qu’il s’est passé, sans fioritures aucune. Cela m’a remis dans le bain ou nous étions il y a quelques mois vis-à-vis de sa naïveté quant à la vie.

Je suis persuadée que ma fille va très bien s’en sortir malgré tout, car elle a une drôle de façon de voir les choses et de trouver des solutions à ses problèmes. Pourtant je sais aussi que ce ne sera pas facile pour elle, loin de là. Je peux constater depuis longtemps que ses choix et décisions sont rarement les meilleurs, mais je la laisse aller. Elle fait partie de cette catégorie de personnes qui a besoin de tomber, et quelques fois plusieurs fois pour des raisons presque similaires, pour apprendre à se relever par eux-mêmes. Je vais tâcher d’être à ses côtés le plus possible afin d’être là si ça fait trop mal, mais malheureusement elle ne semble pas vouloir d’autre type d’aide de ma part. En tout cas, pas pour le moment.

Petit récapitulatif des faits

Au cas où vous n’auriez pas le temps de lire cette mémorable tranche de vie, en voici un petit résumé: Ma fille avait ouvert un compte Paypal qu’elle avait lié à son compte de la Banque Nationale. Elle s’était ensuite mise à magasiner en ligne sans réaliser quelle n’avait pas assez d’argent sur son compte pour tout payer. Elle s’est bien sûr retrouvée dans le rouge, et la banque l’a chargé 45 $ trois fois de suite pour manque de fonds, c’est à dire à chaque fois que Paypal tentait de tirer sur son compte pour se faire payer.

Une très belle (et utile!) leçon de vie

Voici donc ici la suite de cette magnifique saga : Devant les faits, ma fille et moi sommes tout de suite allées à la Banque Nationale pour qu’elle explique ses actions, s’excuse, et demande à ce que les frais de 135 $ (45$ x 3!! Oui ça va très vite!!) lui soient remboursés. Ça a été une très belle leçon de vie. Elle avait honte et a même pleuré devant la caissière. Son désarroi était réel et a vraiment contribué à ce qu’elle obtienne une oreille attentive et compatissante.

Ça a fonctionné, la Banque Nationale a joué son rôle de support à la clientèle à la perfection. Dans ce cas précis je comptais vraiment sur eux pour qu’ils fassent comprendre à ma fille que même si l’argent qu’elle a dépensé était virtuel (elle ne l’a jamais eu dans ses mains), ses actes, eux, étaient bien réels. Ils ont été parfaits! Les frais ont été oubliés, compliment de la directrice envers qui je suis vraiment reconnaissante, et je suis 100% certaine que ma fille a compris la leçon. Merci Banque Nationale pour m’avoir aidé a passer ce cap avec ma fille! Notez que je ne suis pas sponsorisée par la banque pour écrire cet article, je ne fais que raconter les évènements tels qu’ils se sont produits

Il restait après ça le côté Paypal pour lequel la banque ne pouvait rien faire. J’ai donc appelé Paypal pour me plaindre car ma fille n’aurait jamais dû être en mesure de lier un compte en banque Jeunesse avec eux étant donné qu’elle est mineure. Je pensais que ma fille avait pu fermer son compte, elle m’avait dit qu’elle le ferait mais ce n’était pas possible vu qu’elle devait de l’argent dessus. Je n’ai pas eu plus de succès que ma fille pour le faire fermer. La seule chose que j’ai obtenue est un répit, c’est-à-dire qu’ils arrêtent de tirer sur le compte, et qu’ainsi ils ne génèrent plus de frais pour compte a découvert pendant quelques semaines. J’avais quand même déposé le montant dû, soit 120 $ au cas où, afin d’éviter des frais supplémentaires, mais je ne me suis pas gênée pour dire à Paypal que c’était leur faute et que ma fille n’avait pas l’argent pour les payer de toute façon, ce qui était vrai.

Quelques semaines ont passé sans que ma fille n’ait sa carte de guichet et sans que Paypal ne tire sur son compte ni ne donne de nouvelles. Pendant plusieurs semaines je n’ai pas non plus déposé les 17 $ d’allocations à ma fille afin de rembourser le dépôt que je lui avais fait dans son compte. C’était status quo, rien ne bougeait.

Encore quelques semaines plus tard j’ai fini pat emmener de nouveau ma fille à la Banque Nationale pour fermer son compte qui était toujours lié a Paypal et en ouvrir un autre. Elle a récupéré une nouvelle carte de guichet et a pu reprendre un peu le contrôle de sa vie, selon sa propre expression. Encore une fois la Banque Nationale a été exemplaire pour son support à régler un problème d’éducation « à la dure ».

Je ne sais pas ce qui est advenu de la facture impayée de ma fille, puisqu’elle a bel et bien reçu ce qu’elle avait commandé même si elle n’en a pas profité, mais une chose est sûre, elle sait maintenant qu’il y a des conséquences pour tout acte. Au pire, une entreprise n’a pas été payée pour les biens vendus, au mieux Paypal aura pris en charge cette facture, mais on ne le saura probablement jamais.

Les leçons?

Je peux vous dire que sur le coup ce n’était vraiment, mais vraiment pas facile. Pourtant après presque un an je suis en mesure de constater les points suivants:

  1. Ma fille est un peu meilleure avec ses finances, bien qu’il n’y ait jamais beaucoup d’argent sur son compte
  2. Elle n’a pas réouvert de compte avec Paypal et en fait ne veut plus en entendre parler. Cette aventure a laissé des traces qui sont encore très fraîches dans sa tête
  3. Pour le moment en tout cas, elle ne veut rien savoir d’acheter à crédit. J’espère que ça va continuer mais comme je l’ai dit plusieurs fois, je ne me fait pas d’illusion à son sujet
  4. Elle n’est plus jamais allée sur wish.com et n’a plus jamais rien acheté en ligne. Il faut dire que je ne pense pas jamais avoir vu les habits qu’elle s’était achetés, d’après moi c’était probablement bien trop petit et inutilisable!
  5. Cette aventure a renforcé Le lien de confiance que vous avions déjà elle et moi. Elle sait qu’elle peut compter sur moi en cas de problème, mais elle sait également qu’elle ne s’en sortira pas facilement; je ne ferai pas les choses pour elle sans qu’elle ne soit directement impliquée, et quelques fois, comme cette fois ci, ça fait mal

Tout ceci confirme aussi l’adage Qui ne tente rien n’a rien. Cette aventure aurait pu coûter cher, en fin de compte ma fille s’en est très bien sortie, et moi aussi par la même occasion puisque j’en suis responsable légalement. 0 $ a été déboursé de notre part, grâce au bon sens des gens qui nous ont entouré dans toute cette aventure.

Plus que l’aspect financier, si ma fille a appris un tant soit peu que les transactions virtuelles, l’argent « digital » représentent une façon très facile de s’endetter rapidement, je pense que tous les soucis que cette aventure a pu nous apporter à toutes les deux en valait largement la chandelle!

Aucune réponse

Participez