Comment différencier besoins et envies?

Connaissez-vous la différence entre un besoin et une envie? Il s’agit là d’un concept de base dans le grand sujet des finances personnelles, et encore une fois c’est un concept qui se marie complètement avec la définition de ce blogue : Être et avoirs. Mieux se connaitre pour mieux savoir gérer ses finances.

Atteindre et maintenir une bonne santé financière dépend grandement de notre capacité à faire des choix judicieux en matière de dépenses. La plupart des gens se trompent systématiquement sur ce point : La clé d’une bonne santé financière repose sur les dépenses que l’on fait, pas sur l’argent que l’on gagne… bien sûr les deux sont importants car ils vont de pair mais on peut très bien devenir millionnaire sans jamais faire un gros salaire, à condition que l’on dépense moins que ce que l’on gagne!

Comment différencier besoins et envies? Finances personnelles
Difficile de ne pas dépenser son cochon de nos jours

Nous vivons dans une société de consommation à outrancedépenser plus que de raison est pratiquement la norme. Juste à regarder ma fille, qui a 18 ans. C’est la jeune adulte typique. Si elle voit quelque chose qui lui plait elle va très vite vouloir se l’acheter sans se poser la question si Oui ou Non c’est un besoin essentiel pour son bien-être. Elle sera influencée par ses amis ou encore par toutes les publicités qui nous bombardent sans relâche. Le résultat final se conclut en général par un « Mais où passe donc mon argent? », ou pire encore, on se retrouve avec un tas de dettes avant même de s’en rendre compte, avec toutes les conséquences désagréables qui y sont associées. Ce n’est certainement pas la voie à prendre.

Une grande partie des dépenses excessives dans la société de consommation qui est la nôtre vient du fait que nous avons simplement oublié comment faire la part des choses entre un besoin et une envie. Je vous explique donc ici la différence entre les deux, et j’en profite pour vous donner quelques suggestions sur la façon dont on peut reprendre le contrôle.

Définitions d’un besoin et d’une envie

Voici les définitions les plus basiques d’un besoin et d’une envie:

Un besoin

Un « besoin » est quelque chose que vous devez avoir pour survivre. Cela se résume par:

  1. Un toit au-dessus de votre tête,
  2. Des aliments santé à manger (pas de malbouffe!)
  3. De l’eau potable à boire,
  4. Des vêtements qui vous permettent de vous habiller convenablement (et chaudement si nécessaire),
  5. Des soins de santé et
  6. Un moyen de se déplacer adéquatement si nécessaire.

Une envie

Une « envie » est simplement quelque chose que vous aimeriez avoir. Vous pouvez très bien fonctionner sans, même si ce n’est pas le sentiment que vous avez!

L’être humain est ainsi fait, il confond très souvent ce qu’il aimerait avoir avec ce dont il a besoin pour vivre. L’envie devient si forte qu’il pense sincèrement ne jamais survivre à l’idée de se passer de ce dont il rêve, ça devient donc un « besoin » (mais seulement dans sa tête), ce qui l’amène dans des situations qui peuvent vraiment devenir inconfortables.

Quelques exemples de besoins et d’envies

Passons en revue quelques exemples pour clarifier les définitions.

Besoin de vêtements

La version « Besoin » serait des vêtements simples et basiques, rien d’extraordinaire. Ils n’ont même pas besoin d’être neufs. Ils doivent simplement remplir l’objectif de nous garder au chaud, protéger contre les éléments et couvrir notre corps de manière appropriée.

La version « Envie » représente des vêtements haut de gamme conçus par des designers en vogue. Toujours acheté neufs. Le style est aussi important, sinon plus, que la fonction.

Besoin d’une voiture

La version « Besoin » serait une voiture pour se rendre au travail (en supposant qu’il n’y ait pas d’autre moyen de transport). Ce serait une voiture d’occasion en bon état de fonctionnement, et surtout sécuritaire.

La version « Envie » est une nouvelle voiture de sport haut de gamme importée d’Europe.

Besoin d’un endroit pour vivre

La version « Besoin » pourrait être un appartement, une petite maison ou même une chambre chez un ami, tout dépendant de votre situation.

La version « Envie » est une maison construite sur mesure de 3 chambres ou plus pour inviter ses amis. Ça prend évidemment une piscine. Et pendant qu’on y est, au centre-ville de Montréal, avec le stationnement inclus.

Ok, j’ai poussé un peu sur l’exagération. Ce sont des exemples extrêmes pour fournir une illustration qui marque. L’idée n’est pas que vous vous compariez aux exemples ci-dessus et que vous vous disiez que « Ouf, ce n’est pas moi dont elle parle! ». L’idée de fond est que vous compreniez que vous n’avez pas besoin de tout ce que vous voyez qui vous plait pour vivre bien et heureux.

La nuance entre un besoin et une envie peut être subtile

La nuance entre un besoin et une envie est en fait plus subtile et c’est ce qui fait qu’elle est quelques fois difficile à cerner et que l’on peut se laisser piéger. Par exemple, on a tous besoin de vêtements pour aller travailler. Personnellement je travaille à contrats donc logiquement je devrais toujours faire une excellente impression sur mes clients. Je peux opter pour les vêtements de marque en prétextant que c’est pour mon métier, mais je peux aussi très bien opter pour des vêtements propres et plus basiques. C’est d’ailleurs ce que je fais.

Certains de mes collègues dépensent beaucoup plus que moi sur les vêtements. Oui, c’est plus que ce dont ils ont vraiment besoin et c’est donc techniquement classé comme une envie, mais c’est quand même en dessous de la chemise haut de gamme à 600 $.

C’est la marge avec laquelle la plupart d’entre nous opérons et c’est correct. Tout va bien tant que toutes nos décisions de dépenses ne deviennent pas une série d’envies toujours croissante avec des coûts de plus en plus élevés. J’imagine que vous avez déjà entendu parler des voisins gonflables, et j’espère que vous n’en faites pas partie.

Attention, je n’essaye pas de casser votre plaisir. Vous avez gagné votre argent et vous avez le droit de le dépenser comme bon vous semble. Vous le méritez et personnellement, ça me va. C’est aussi ce que je fais. Je dépense beaucoup plus que nécessaire dans certains domaines, et puis je compense en étant beaucoup plus économe dans d’autres. C’est cet équilibre qui, je pense, fonctionne le mieux pour la plupart d’entre nous. On n’est pas sur terre pour se priver de tout et pour entasser notre argent sans jamais le dépenser non plus. Cependant il y a des limites.

Cet article vise surtout ceux d’entre nous qui ont de vraies difficultés à courber leurs envies et finissent par se faire croire que ce sont des besoins : Ces superbes bijoux ou montres haut de gamme, les vacances 5 étoiles, la nouvelle voiture de sport et l’immense maison. Oui, c’est agréable de se payer ce que l’on veut, mais gare aux conséquences! Est-ce que vous le pouvez vraiment?

Conseils pour éviter les dépenses inutiles

Comment change-t-on les mauvaises habitudes de dépenses? Voici quelques excellents conseils pour éradiquer les besoins et les dépenses inutiles de sa vie quotidienne:

1. Changez votre attitude envers les dépenses

Déterminez vos priorités dans la vie. Déterminez ce qui est vraiment important pour vous et faites une liste. Gardez cette liste à portée de main afin de pouvoir vous y référer fréquemment. Lorsque vous faites des achats et que vous êtes tenté d’acheter, demandez-vous: «Est-ce c’est en ligne avec ce que je veux vraiment?» Et «Si j’achète ça, est-ce que cela va m’empêcher d’avoir de l’argent pour mes vraies priorités?»

2. Réfléchissez avant d’acheter

Avant de faire un achat, demandez-vous: «En ai-je vraiment besoin? », « Ai-je déjà quelque chose à la maison qui peut faire le même travail? « , ou encore, « Y a-t-il une alternative moins chère qui me donnerait un résultat similaire? ». Souvent, prendre le temps de répondre à ces questions vous feront voir une meilleure alternative.

Si vous le pouvez, procurez-vous le livre de Pierre-Yves McSween, En as-tu vraiment besoin?. C’est un petit chef d’oeuvre et en fait une bonne dépense dans ce cas précis qui nous occupe!

3. Évitez les achats impulsifs

Dans les faits il n’y a pas de magie. Réfléchissez avant d’ouvrir votre portefeuille. Éloignez-vous physiquement pendant que vous considérez vos options de dépenses afin d’éviter de succomber à la tentation.

4. Utilisez la règle des 10 secondes et la règle des 30 jours

En ligne ou à l’épicerie, avant de mettre quoi que ce soit dans votre panier, attendez juste 10 secondes et demandez-vous si vous avez vraiment besoin de cet article, ou non.

Pour les achats plus importants, attendez 30 jours avant d’acheter. Si au bout de cette période vous le voulez toujours, allez-y. En règle générale votre envie sera passée et vous ne vous en rappellerez même plus, mais si vous y pensez encore, et que vous pouvez vous l’offrir, alors lâchez vous et profitez en!

Envies et besoins peuvent faire bon ménage… à petite dose

L’idée n’est certainement pas de ne jamais acheter que ce dont vous avez vraiment envie sans en avoir absolument besoin. C’est OK, et même bénéfique, de vous offrir quelque chose que vous voulez vraiment; le secret est de le faire en pleine conscience de vos moyens et uniquement lorsque vous pouvez vraiment vous le permettre. Comprendre la différence entre vos envies et vos besoins vous aidera à prendre des décisions éclairées en matière de dépenses. Ceci est important car les petites décisions de dépenses que vous prenez aujourd’hui auront un impact sur votre santé financière de demain.

Et puis, la vie a bien meilleur goût lorsqu’on fonctionne avec plus que le minimum requis pour survivre. Si on gère bien ce que l’on achète on peut se faire de jolis petits plaisirs tout en économisant ailleurs. C’est juste très important de ne pas tomber dans l’excès.

Si vous êtes sur le point de céder à une tentation, pensez au nombre de choses que vous possédez déjà parce que vous en avez eu envie et non pas parce que vous en aviez besoin. Je suis sûre que vous avez en tête plusieurs exemples que vous pourriez partager avec nous ici. Cela devrait vous faire prendre conscience que vous êtes plus riche que vous n’avez tendance à le percevoir.

J’ai écrit un article sur tous les postes de dépenses où j’économise personnellement. En retrospect je peux donc ici écrire en toute honnêteté les articles sur lesquels je dépense avec plaisir.

En fait, il n’y en a qu’un, mais il représente tout ce que je veux. Pour moi, mon péché mignon, mon petit luxe personnel sur lequel je me fais plaisir sans jamais culpabiliser est les billets de demi-saison que j’achète chaque année depuis 3 ans pour aller voir le Canadien au Centre Bell de Montréal. Ce ne sont pas d’excellents billets, je suis dans la zone blanche (300) mais je les achète tous les ans. C’est mon petit luxe que je m’offre, de moi à moi. J’y ai réfléchi longuement, j’ai pesé le pour et le contre, ce n’était pas un achat impulsif et je sais que je peux me l’offrir même si je pourrais tout aussi bien mettre cet argent sur mon hypothèque pour la payer plus rapidement, ou encore placer cet argent pour mes vieux jours. Non, je préfère dépenser aujourd’hui et maintenant pour aller voir mon équipe favorite avec mes amis, mes collègues et ma famille. C’est indéniablement une envie, pas un besoin, mais c’est un choix conscient que je peux me permettre, et je le fais avec grand plaisir.

Et vous? Savez-vous faire la différence entre vos besoins et vos envies?

Participez