Comment l’imprévisible impacte un budget

C’est immanquable et systématique: Ne pas (ou ne pas assez) planifier a un impact direct sur la santé financière d’un individu et évidemment sur son budget. Un exemple tout simple: Ne pas planifier les lunches de la semaine. À moins de sauter carrément le repas du midi il ne vous reste plus qu’à vous rabattre sur l’option évidente: Vous faire inviter par un collègue (ça s’est déjà vu mais c’est une solution à court terme!) ou aller au restaurant du coin. Ce sera toujours bien quelques dollars de moins dans le compte en banque à la fin de la semaine. Et même beaucoup de dollars de moins! Et que diriez vous de prendre ces dollars pour démarrer un fonds d’urgence? Si vous voulez savoir combien j’ai pu économiser en planifiant mieux, lisez mon expérience sur la façon de mettre en place un défi zéro dépense et de le réussir!

Dans le cas des lunches on ne peut que s’en prendre à soi-même. Après tout il n’en tient qu’à nous de planifier notre semaine et de prévoir en conséquence.

Quelques fois cependant on a beau tenter de prévoir on peut quand même se faire prendre par des situations imprévisibles et hors de notre contrôle. C’est ce qui m’est arrivé pas plus tard que cette fin de semaine. Lisez donc:

Un samedi bien sage… pour commencer

La journée s’annonçait superbe. Les enfants allaient chez leur père et ce n’est même pas moi qui devais les conduire puisque ma fille a sa voiture depuis peu (cadeau de papa). Le soir, virée au Centre Bell avec mon fils pour assister à un match du Canadien contre les Kings de Los Angeles. L’atmosphère était au beau fixe. Le ventre plein après un magnifique brunch organisé par mon homme j’étais tranquillement en train de vaquer à l’une de mes occupations favorites, qui est de traîner au lit (oui, j’adore!) avec mon laptop sur les genoux… quand mon ami de coeur entre dans la chambre avec une mine déconfite et me dit simplement: « Mauvaise nouvelle »…

Quand on connait Bob on sait qu’il parle rarement pour ne rien dire donc évidemment son apparition a immédiatement capté mon attention. En règle générale, quand je suis lovée au fond du lit alors que rien ni personne ne m’attend je ne prête aucune attention aux bruits de la maison. Avec deux adolescents bien vocaux (surtout ma fille) ce n’est pas le bruit qui manque dans notre chaumière. Je n’aurais normalement même pas du l’entendre. Mais là…

Il me dit: « Je me suis coupé le pouce avec le banc de scie, je pars à l’hôpital ». Mon cher Bob adore bricoler, c’est une de ses occupations favorites, donc rien d’étonnant à ce qu’il se blesse… Mais avec un banc de scie?! Je n’ose même pas imaginer dans quel état est son pouce. Par contre je sais que c’est grave.

Et voici le point où tout bascule… Je suis une personne pragmatique qui ne fait généralement rien sans avoir épluché les pours et les contres (et toutes les raisons et options entre). Je suis analyste de formation et je peux vous confirmer que c’est ce que je fais la plupart du temps, même quand je ne suis pas au travail.

Et pourtant cette fois-ci je n’ai pensé à rien. J’ai juste dit « Je t’emmène » (quand je pense qu’il voulait juste m’informer qu’il partait tout seul!).

Un samedi qui se voulait être tranquille, zen et relax… Parlons-en. Tout d’abord cela faisait plusieurs années que je n’étais pas allée aux urgences dans un hôpital au Québec. En fait la dernière fois que cela m’est arrivé était pour emmener mon fils qui avait des difficultés respiratoires. Il devait avoir 8 ou 9 ans; il était passé assez vite, nous avions cependant du rester à l’hôpital après son injection de cortisone pour nous assurer qu’il n’y avait pas d’effet après-coup.

Non, cette fois c’était pour un adulte et même si sa blessure était grave et était effectivement un cas d’urgence il était en bas (je dis bien très en bas) de la liste. En plus un samedi… Bref.

Nous sommes arrivés à l’hôpital le samedi à 12:15 et en sommes sortis le dimanche à 4:15 du matin…

16 heures en tout!

L'importance d'avoir un fonds d'urgence

15 heures d’attente et une heure de traitement, qui implique le nettoyage de la plaie, 5 points de suture et une injection de tétanos en prime.

Maintenant vous pouvez comprendre que c’était une situation que je n’aurais jamais pu planifier… Mais voyons voir combien d’argent cela a bien pu couter?

Une fois passé le triage et le premier examen pour estimer l’urgence de la situation, nous nous sommes retrouvés assis sur un siège entourés de personnes plus ou moins malades, blessées et/ou contagieuses (dont une famille syrienne composée d’une maman et de ses 4 enfants avec la gastro qui n’a rien trouvé de mieux que de venir à l’hôpital se faire soigner!!)

Les heures passaient et il a bien fallu se rendre à l’évidence que nous ne sortirions pas d’ici de sitôt. Je savais que Bob était correct (ou au moins entre de bonnes mains) donc j’ai contacté mon ex pour lui demander s’il voulait aller au hockey avec notre fils. L’autre option était que je garde les mêmes plans et que nous allions au hockey mon fils et moi.

Mon ex a préféré me laisser aller au hockey. Il est venu avec mon fils me chercher à l’hôpital et nous a amené au bus afin de se rendre au centre-ville de Montréal. Cela m’a donc évité de prendre le taxi jusqu’à chez lui et ensuite jusqu’au terminus de bus avec mon fils.

Par contre j’ai une passe mensuelle de bus que j’ai laissé à la maison puisque nous sommes partis précipitamment. Résultat: J’ai dû payer mon passage et celui de mon fils: 14$ au lieu de 7$

Arrivés au centre ville nous sommes allés manger comme à notre habitude avant le match. C’est une dépense habituelle donc il n’y avait aucune économie à faire là.

Repas: 14$

Nous avons gagné 3-2, c’était somme toute une belle soirée si ça n’avait été du fait que j’étais aux aguets et attendais des nouvelles; je pouvais deviner que mon pauvre homme était toujours assis là sur sa chaise à attendre… Comme à notre habitude j’ai pris un décaf et une boîte de 20 Tim-bits au Centre Bell pour 7,49$. C’est le meilleur prix dans le stade, toutes les autres concessions chargent un maximum, y compris pour l’eau qui est à plus de 5$ la petite bouteille (et sans bouchon s’il-vous-plaît!)

Après le match nous sommes revenus au terminus et mon ex a eu la gentillesse de me ramener à l’hôpital, il devait être vers les 23:00

Un dimanche étrangement commencé

À mon retour dans la salle d’attente j’ai quand même piqué une mini-crise car c’est vrai que les animaux malades sont mieux traités que les humains au Québec. C’est incroyable de prendre des gens en otage de cette manière. Quand je pense que mon homme aurait eu le temps de venir assister au match et que personne à l’hôpital ne s’en serait rendu compte!

La crise passée (qui est d’ailleurs complètement passée inaperçue, c’est tout de même rageant!) j’ai réalisé que mon homme n’avait RIEN mangé depuis le matin même où il nous avait fait un super petit déjeuner de pains dorés. La plupart des gens autour de nous non plus n’avait rien bu ni rien mangé depuis de nombreuses heures. Il y a bien un distributeur de cochonneries mais le prix est de 2$ par item. Quant à la fontaine… J’ai tellement peur des germes que je n’y aurais jamais touché…

J’ai donc décidé de me rendre à la station service la plus proche pour acheter, certes des cochonneries (chips, bonbons et autres) mais aussi des bouteilles d’eau. Et tant qu’à faire, mettre le tout dans un sac réutilisable pour aider au transport. Imaginez moi à 1:00 du matin dans les rues à la recherche d’un dépanneur… Nous sommes loin de la journée tranquille qui avait pourtant si bien commencé.

Coût des achats au dépanneur: 19.71$

Mon homme a éventuellement été appelé et nous avons pu enfin aller nous coucher, non sans au préalable être passé à la douche et avoir mis tous nos vêtements au lavage! Nous étions au lit vers 5:30 du matin.

Voici donc une journée extrêmement bien remplie mais pour laquelle nous n’avons rien fait de concret, Surtout mon homme en fait parce qu’au moins moi j’ai eu la chance d’aller à la game avec mon fils, et nous avons gagné en plus.

Bilan: 26.71$ de dépenses non planifiées

Les dépenses évitées

Je suis de nature frugale donc malgré tout je n’ai pas dépensé autant que j’aurais potentiellement pu. Voici ce que j’ai évité, par frugalité ou pas chance:

  • J’ai déposé mon homme aux urgences avant d’aller me garer sur la rue à 10 minutes de marche. Cela m’a fait marcher mais au moins je n’ai pas payé pour le stationnement de l’hôpital
  • J’aurais aussi pu avoir à payer pour un taxi pour aller chercher mon fils et revenir, au moins jusqu’au bus; au lieu de cela mon ex m’a aidé
  • J’aurais pu ne pas aller au hockey et ainsi perdre le montant des billets; j’aurais tout fait pour transférer mes billets afin d’en faire profiter quelqu’un à la dernière minute mais étant donné les circonstances ce n’était pas gagné

L’importance d’avoir un fonds d’urgence

Nous avons eu plus de peur que de mal (encore que tout est relatif, je suis certaine que mon homme ne serait pas d’accord sur ce point!). Nous aurions certainement pu dépenser bien plus que nous l’avons fait ce jour là, mais cela démontre bien l’importance d’avoir un fonds d’urgence qui protège l’équilibre de sa situation financière en cas de coup dur.

Le but du fonds d’urgence est exactement ceci: Servir de « tampon » et permettre une marge de manoeuvre dans les situations imprévisibles. Les experts financiers s’accordent pour dire qu’un fonds d’urgence devrait permettre de voir venir pendant une période d’environ 6 mois mais évidemment tout dépend de la situation de chacun. Si vous êtes en couple et que chacun d’entre vous travaille la situation demande sans doute moins qu’un couple avec 3 enfants dont l’un des parents est au foyer. Et puis, l’important est de planifier, de commencer par mettre un petit quelque chose de côté, même si ce n’est pas beaucoup au premier abord.

Si vous ne savez pas comment vous y prendre ou par où commencer suivez les conseils qui se trouvent dans les articles suivants:

J’espère que votre fin de semaine a été moins riche en émotions que la nôtre.

Participez